Xiang (pensée)

Publié le par Jerome

« Je pense donc je suis », mais qui suis-je? Etre soi-même, c’est avant tout comprendre sa ou ses compulsions pour les contrôler. Une personne intelligente est une personne qui se remet en cause.

Nous avons tous au moins une compulsion, et la personne qui croit ne pas en avoir fait preuve de grande fierté, donc elle en a une. C’est cette fierté qui crée ce déséquilibre sur la planète.

Chaque Homme devrait réapprendre à devenir humble. Ceci limiterait le nombre de personnes opprimées, ceci limiterait le terrorisme, les discordes, ou les querelles.


Chaque personne a au moins une ou plusieurs compulsion(s), latentes ou présentes. Difficilement visibles lorsque l’on est entouré, lorsque l’on est intégré dans la société, mais bien visibles à la suite d’un divorce, perte de travail, perte d’un proche, éloignement… Vers quelle compulsion fuit-on ?


« Tout est psychologique dans la vie. » Puisque nous avons tous une compulsion et que le travail nous maintient en bonne santé, nous devrions comprendre que le fait d’être sage est de comprendre ses compulsions et celles des autres. Ne pas se chercher et ne pas oser, c’est se limiter au minimum.

Un projet spirituel serait intéressant puisqu’il mobiliserait toutes les personnes sur cette planète.

 

Il est même plus facile de commencer ce jeu mondial lorsque l’on connaît déjà sa ou ses compulsions, puisque l’on sait d’avance où l’on doit se remettre en cause.

 

- Limite de la fierté : créez des associations de fierté anonyme, dans le civil et dans les prisons. Eclairez les zones d’ombres des paradis fiscaux.

 

- Limite pour les parieurs : créez des associations de parieurs anonymes pour contrôler la compulsion.

Les gains des jeux seraient créés pour une cause déterminée à l’avance.

 

- Drogue : légalisez le cannabis et la marijuana dans tous les pays, informez des risques encourus. Ceux-ci ne provoquent pas la mort, et une meilleure qualité pourrait être instaurée. L’état contrôlerait et pourrait faire payer la TVA. Pour les drogues dures, ce serait aux pharmacies de vendre et de donner des conseils. Celui qui voudrait arrêter serait pris en charge.

« Charité bien ordonnée commence par soi-même ». Chaque personne est capable de dire non quand elle le veut. Il y a besoin d’une police pour interdire uniquement quand il n’y a pas respect d’autrui. Pour le reste, elle donne des conseils. Création d’associations pour contrôler la compulsion.

Créez des catégories pour les sportifs : dopés et non dopés.

 

- Alcool : création d’associations pour contrôler la compulsion.

 

- Tabac : création d’associations pour contrôler la compulsion.

 

- Compulsions sexuelles : prostituées. C’est à elles seules de décider de ce métier. En Chine, un étage par hôtel leur est réservé. Cela évite les conflits et le proxénétisme.

Pour les autres compulsions sexuelles, elles ne respectent pas les autres êtres humains et doivent donc être condamnées.

Création d’associations pour contrôler la compulsion dans les prisons et ensuite dans le civil pour éviter les récidives.

 

- Terrorisme : création d’associations de terroristes anonymes, dans les prisons puis dans le civil.

Quand la fierté aura diminué, le terrorisme s’estompera.

 

- Manque de discipline : chaque grosse entreprise devrait posséder cinq dirigeants à paie identique (ex : directeur bureau d’étude, de clientèle, de production, de comptabilité, de qualité /environnement).

 

Une entreprise (ou un gouvernement), par rapport à la nature, c’est une montagne. Il y a en des petites, des grandes, un peu comme le chiffre d’affaire d’une société.

Mais lorsque l'on gravit les échelons, on ne devient pas plus grand pour autant, on devient – normalement – plus sage. C’est-à-dire plus psychologue.


De même pour chaque gouvernement : un président d’extrême gauche, de gauche, du centre, de droite, d’extrême droite.

« Respectons-nous les uns les autres ». Cinq dirigeants, cinq jours ouvrables, dont un responsable du débat par jour ouvrable ou un temps identique à déterminer pour que chaque président soit responsable à tour de rôle tout en travaillant ensemble. « Tous ensemble ! » Ceci ferait un travail de groupe qui aiderait à contrôler la compulsion.

 

- Suicide ou tentative de suicide : quand vous verrez ce qui vous a rendu malade - la fierté de vous même ou des autres - et que celle-ci peut être contrôlée, vous aurez plus d’espoir de vivre.

 

- Boulimie, anorexie : création d’associations pour contrôler cette compulsion alimentaire.

 

- Religion fanatique, secte : elles existent parce que ce sont des gens perdus. Quand tous les pays travailleront ensemble de façon plus sage, chaque personne devra être capable de dire oui ou non à ce qu’elle veut.

 

- Accro à la vitesse : création d’associations pour contrôler la compulsion. Aujourd'hui, en France, rouler à plus de 50km/h au dessus de la limitation de vitesse provoque un retrait de permis. Donc il ne faut plus brider les voitures à 250 km/h comme les voitures allemandes, mais à 180 km/h = 130+50.

Les autoroutes qui le permettent pourraient indiquer qu'il est possible de rouler à 180 km/h en plein jour !

C'est déjà deux fois plus que la vitesse d'un camion ! Si vous ne respectiez pas cette limite, et que vous étiez pris en flagrant délit, vous iriez ramassez des cailloux. (voir chapitre prison)

Pour les motos, il faudrait les brider aussi. Quel serait donc l'intérêt de vendre de grosses cylindrées pour le grand public ? Rouler au-delà de 180km/h, vous pourrez le faire sur un circuit automobile.

Autorisez les véhicules pouvant circuler à grande vitesse sur circuit uniquement.

Créez des testeurs qui bloquent la voiture pendant un certain temps, pour ne pas avoir la capacité de rouler avec un certain taux d’alcool ou/et de drogue au volant.

CE PROJET DIMINUERAIT PROGRESSIVEMENT LA MISERE DANS LE MONDE ET CREERAIT DU RESPECT POUR CHACUN.

 

Avez-vous deviné ma compulsion ? Je suis parieur, et je suis sûr que la vie vaut le coup d’être vécue.

 

Ne pas commencer à agir, c’est continuer à faire régner la peur.

« Un jour le courage frappe à la porte de la peur et demande :

- Qui est là ?

La peur répond :

- La peur.

Le courage entre, et il n’y a personne. »

Interdire, c’est faire peur aux autres, et vous avez bien vu ce que cela fait dans le film de M. Scorsese Gangs of New York : une boucherie !

Continuer à faire peur, c’est continuer à nuire à la liberté d’autrui, donc continuer d’alimenter la violence et le terrorisme. Aujourd’hui, aurons-nous du courage pour nous remettre en cause, pour créer une harmonie ? Ce qui a été fait dans chaque pays du monde, cela devait être fait pour que nous puissions nous rendre compte de nos erreurs aujourd’hui.

Autorisons ces compulsions qui sont humaines pour les contrôler, par le biais de taxes et de charges. Les gens se contrôleront eux-mêmes en allant dans les associations qui leur sont propres si nécessaire.

Demain, chaque pays pourra voter pour savoir s’il est d’accord pour avoir les mêmes lois que ses voisins. « Respectons-nous les uns les autres », recréons la LIBERTE, l’EGALITE, et la FRATERNITE.
L
’AMOUR se développe lorsque l’égalité et la liberté sont liées, le RESPECT se développe avec la fraternité.

Publié dans pensee-unique

Commenter cet article

Raksha 13/12/2006 13:46

Hello Jérome, je t'ai mis dans mes liens (ronde des blogs) et dès que possible je t'envoie un mail pour t'expliquer quelques trucs..A +++ Raksha